Magazine L-design Presse Interview Newsletter Contacts

 
Zürichberg
respiration rebranchée
les hauteurs institutionnelles du mieux-être…

Sur les hauteurs, l’hôtel Zürichberg offre vue sur les beautés lacustres et les Alpes romanches naissantes et, par contemplation, affranchissement de l’esprit exonéré de toutes espèces de modernes interférences. Quatre hectares de chairs boisées de lauriers, d’ibiscus et de chênes séculaires, entourent ce monument début du XXe, une institution surgie des émancipations avant-gardistes de bourgeoises entreprenantes. Entre les mains d’une paire de prodiges visionnaires, le duo d’architectes Burkhalter & Sumi, la reconversion des volumes s’opère en phase avec leur naturel environnement. Mixité de styles, d’époques, avec comme fil rouge, l’harmonie, la réflexion. Espaces communs et couloirs enduits de laques écarlates s’entichent de cette mouvance mieux-être, jusqu’aux seuils de chambres aux portes sombres du pavillon principal. Ces espaces de nuit, pour un quart d’entre eux, dépouillés de toute espèce de superflu, visent l’épure pour se concentrer sur l’essentiel moderne : confort technologique sur plancher de hêtre, d’où surgit un mobilier robuste aux tons grenat, tranchant avec l’argenté d’étoffes volubiles. Une surenchère de créativité, quelque peu muselée jusque-là, se débride dans la futuriste nouvelle dépendance, fondue de chêne canadien. 30 chambres éclairées s’y lovent. Jusqu’à cet up-dating des trends du design, la résidence d’avant-garde, en lifting chronique, s’était délire conter par les Starck, Jacobsen, Aalto et Moser... [+ d'infos]